Élection peu susceptible d'avoir un impact majeur sur le système d'immigration du Canada


La campagne électorale fédérale est en cours et l’on s’interroge généralement sur l’impact du vote du 21 octobre sur le système d’immigration du Canada.

L’un des moyens de répondre à cette question consiste à analyser l’histoire récente pour avoir une idée de ce à quoi pourrait ressembler le système d’immigration canadien dans les années à venir.

Les sondages d'opinion montrent que les libéraux et les conservateurs sont à égalité en tête. S'appuyant sur leurs politiques d'immigration datant de la fin des années 1980, il est raisonnable de penser que les principaux éléments du système d'immigration resteront stables après le 21 octobre si l'une ou l'autre des parties remportait les élections.

Niveaux d'immigration

Le nombre d’immigrants canadiens devrait rester supérieur à 300 000 par an, quel que soit le résultat des élections. Depuis la fin des années 1980, lorsque les conservateurs ont décidé de doubler les niveaux d'immigration pour dépasser 200 000 nouveaux arrivants par an, les deux partis ont mis leur temps au pouvoir pour poursuivre la politique d'augmentation des niveaux. Cela est dû au consensus bipartite selon lequel des niveaux d’immigration élevés sont nécessaires pour atténuer les tensions économiques et fiscales causées par le vieillissement de la population et le faible taux de natalité au Canada.

Lorsqu’ils ont gouverné pour la dernière fois entre 2006 et 2015, les conservateurs ont régulièrement augmenté leurs niveaux d’immigration, atteignant environ 260 000 nouveaux arrivants par an, contre environ 225 000 nouveaux arrivants accueillis par les libéraux entre 1996 et 2005.

La différence majeure aujourd’hui, toutefois, est l’accélération du rythme des retraites au Canada, du fait que plus de 9 millions de baby-boomers devraient atteindre l’âge de la retraite (65 ans) au cours de la prochaine décennie. Cela signifie que la nécessité de maintenir des niveaux d'immigration élevés est encore plus importante pour l'économie canadienne que par le passé.

Composition du nouveau venu

Un domaine de divergence notable entre les deux parties concerne la composition des nouveaux arrivants au Canada. Sous le gouvernement conservateur précédent, environ 63% des immigrants canadiens sont arrivés dans la catégorie économique, 27% dans la catégorie de la famille et 10% en tant que réfugiés.

Depuis 2015, les libéraux ont mis davantage l'accent sur la catégorie de réfugiés en augmentant sa part à environ 15% tout en réduisant la part de la classe économique à environ 58% (tout en maintenant la part de la catégorie de la famille).

Conformément au plan des niveaux d’immigration du Canada pour 2019-2021, les libéraux visent à maintenir cette composition pendant au moins les deux prochaines années.

En se basant sur leurs antécédents de gouvernement et leurs déclarations publiques, les conservateurs augmenteraient probablement la part de la classe économique à plus de 60% tout en réduisant la part de la classe de réfugiés. La plate-forme de campagne officielle des conservateurs, par exemple, stipule qu'ils «protégeront et mettront l'accent sur l'immigration économique» s'ils remportent les élections.

Fonds d'établissement

Les deux parties ont assisté à une augmentation massive du financement du Canada pour l’établissement au cours des 20 dernières années. Le financement est destiné aux services qui aident les nouveaux arrivants à s’intégrer à l’économie et à la société canadiennes, tels que la formation linguistique en anglais et en français et le soutien de l’emploi.

L'enveloppe de règlement fédérale s'élève maintenant à environ 1,5 milliard de dollars par an, soit cinq fois plus qu'en 2000-01. Les libéraux ont amorcé la politique d'augmentation du financement pour l'établissement au tournant du millénaire, ce que les conservateurs ont poursuivi pendant neuf ans au pouvoir.

Les deux parties sont prêtes à maintenir des niveaux d'immigration élevés, ce qui laisse supposer que le financement de l'établissement ne sera en grande partie pas affecté. Les conservateurs font campagne pour équilibrer le budget fédéral dans les cinq ans à compter de la prise de pouvoir, ce qui pourrait susciter des craintes quant à la réduction des aides à l'établissement. Toutefois, il est intéressant de noter que les conservateurs ont augmenté le financement de l'établissement même s'ils ont équilibré le budget avant les élections de 2015.

Attendez-vous à la stabilité

Il ne fait aucun doute que les libéraux et les conservateurs divergent sur des questions d’immigration telles que la politique de citoyenneté et la manière de traiter les demandes d’asile. Mais pour la plupart, ils ont beaucoup plus en commun en matière d'immigration.

Cela porte à croire que le système d’immigration du Canada poursuivra la tendance des dernières décennies, qui a vu le pays augmenter ses niveaux de nouveaux arrivants et son investissement dans les talents internationaux.

Découvrez si vous êtes admissible à un programme d'immigration canadien

Kareem El-Assal est directeur des politiques et de la stratégie numérique chez Canadavisa.

© 2019 CIC News Tous droits réservés.

Laisser un commentaire