Uluru escalade interdiction: une histoire de manque de respect au sommet du rocher


Mis à jour

01 novembre 2017 18:10:13

La décision d'interdire les gens d'escalade Uluru intervient après une longue histoire de comportement qui a offensé les propriétaires traditionnels du rocher.

Aujourd'hui, le cas de trois touristes qui ont passé 16 heures bloqués au sommet d'Uluru en 2016 alors que les services d'urgence se débattaient dans un sauvetage «difficile» et «très difficile» a été renvoyé devant le tribunal local d'Alice Springs.

Les hommes, âgés d'une vingtaine d'années, font face à des accusations en vertu de la loi sur la protection de l'environnement, après avoir quitté le sentier balisé et se retrouver coincés dans une crevasse aux parois abruptes.

Ce ne sont pas les premières personnes dont le désir de s’engager dans la montée controversée a fait la une des journaux pour toutes les mauvaises raisons.

En 2010, une danseuse exotique née en France qui s’est déshabillée au sommet d’Uluru dans un "hommage à la culture autochtone" a défendu ses actions, affirmant qu'elle pouvait ressentir la valeur spirituelle du site sacré et souhaitait simplement que l'Australie "bascule".

Alizee Sery a été menacée d'une amende de 200 dollars pour avoir enlevé son équipement tandis que des propriétaires traditionnels lui ont demandé de l'expulser.

À la suite de la nouvelle de la strip-teaseuse, Sam Newman, star de l'AFL, a été critiqué par les dirigeants autochtones comme "épouvantable" et "insultant" après avoir ouvertement parlé à la radio du fait qu'il avait claqué une balle de golf à deux milles et demi de l'icône spirituelle.

Il a ensuite affirmé que le commentaire était dans l'esprit d'une surenchère que lui et son collègue présentateur de radio avaient l'un avec l'autre.

Si vous reconnaissez le caractère sacré d’Uluru chez les peuples autochtones, ces actes peuvent être considérés comme une pure stupidité, mais si vous ne le faites pas, vous assumez quand même un grand risque personnel en choisissant d’ignorer les traditions traditionnelles et les conseils de vos guides touristiques.

Un ressortissant taïwanais a été mis à l'eau dans des conditions critiques en 2015 après avoir emprunté un chemin alternatif pour descendre du rocher et "dévié du chemin désigné".

Vêtu d'un short et d'un t-shirt, l'homme a été retrouvé par les services d'urgence, souffrant de multiples fractures des membres et du bassin, de blessures à la tête et d'hypothermie.

Le sergent Neil Mellon était l’agent qui l’a secouru ce jour-là. Il a déclaré que l’équipe de recherche ne disposait que de cinq minutes de lumière du jour pour retrouver l’homme.

"[We found him] puis a atterri sur le sol de l’hélicoptère et a utilisé un mégaphone pour lui faire savoir que nous reviendrions le chercher au premier feu ".

Pendant toute la nuit, les officiers se sont préparés au sauvetage de 10 heures en transportant du matériel sur la route de 460 kilomètres reliant Alice Springs à Uluru.

"[In the morning] il a fallu deux heures et 200 mètres de corde de rappel pour le retrouver, puis huit heures pour le conduire à l'hélicoptère.

"L’homme avait quitté la piste pour prendre une photo unique de The Olgas [Kata Tjuta] et était tombé à environ 20 mètres ".

L’homme a probablement fait face aux mêmes messages contradictoires à la base d’Uluru que les autres touristes avant lui: de multiples signes incitant les visiteurs à reconsidérer leur intention de grimper sur le rocher à côté d’une chaîne qui aide les personnes qui décident de continuer.

L'escalade a été momentanément interdite en 2015 lorsqu'un homme, qui voulait seulement s'appeler "John", a coupé une partie des chaînes au cours du 30e anniversaire des célébrations du handback.

Le manifestant n'a pas demandé la permission aux propriétaires traditionnels des Anangu mais, à l'époque, des représentants du Central Land Council ont déclaré que la manifestation pouvait être une chance pour les propriétaires traditionnels et Parks Australia de faire retirer la chaîne complètement.

Moins de deux semaines plus tard, Parks Australia, qui loue la terre de l’Anangu, a déclaré que la chaîne serait réparée.

Aujourd'hui, les propriétaires traditionnels d'Uluru ont annoncé qu'ils fermeraient définitivement le site sacré à l'escalade après avoir précédemment demandé aux personnes de ne pas grimper.

On ne sait pas encore si la chaîne d'escalade sera enlevée.

Les sujets:

droits fonciers,

autochtones-autochtones-et-torres-détroit-insulaire,

communauté et société,

tourisme,

NT

D'abord posté

01 novembre 2017 15:39:58

Laisser un commentaire