ÉTUDE DE CAS DE NTA


INFLUENCE DE LA COMMERCIALISATION DES NOUVELLES SUR LA CRÉDIBILITÉ DES NOUVELLES DANS LES MÉDIAS DE RADIODIFFUSION: UNE ÉTUDE DE CAS DE NTA

CHAPITRE UN

INTRODUCTION

1.1 CONTEXTE DE L'ÉTUDE

Les médias audiovisuels, dans toute société, sont considérés comme les fournisseurs de cultures nationales qu’ils transmettent de génération en génération. L'un des moyens par lesquels cette activité est réalisée est la fonction de collecte et de diffusion de nouvelles des médias de radiodiffusion. Dans une situation où la sélection et la présentation des informations reposent sur des gratifications matérielles plutôt que sur des objectifs publics, l'intérêt et l'intérêt suscités par le sujet ont continué de susciter des inquiétudes quant à la crédibilité de l'information dans les médias audiovisuels. C'est sur cette note que le chercheur examine l'influence de la commercialisation des informations sur la crédibilité de celles-ci dans les médias audiovisuels, en mettant l'accent sur la NTA.

Les médias audiovisuels sont des outils de communication de masse qui ont la responsabilité unique de tenir les membres de la société informés, éduqués et divertis. C’est par le biais des médias audiovisuels que la société apprend ce qui se passe dans le pays et dans le pays et réagit en conséquence. Selon Lasswell (1965), les médias ont pour fonctions essentielles de jouer le rôle de chien de garde de la société. Ils sont censés surveiller le milieu ambiant et mettre en corrélation les composantes de la société afin de garantir le fonctionnement efficace du système, ce qui contribuera au bon fonctionnement du système. transmission du patrimoine social de génération en génération. Pour s'acquitter de ces fonctions, les médias audiovisuels ont recours à plusieurs méthodes de collecte et de diffusion d'informations, notamment les reportages directs, les reportages interprétatifs et les reportages d'investigation. (Bo et al 2009).

En 1980, la commission Sean McBride, créée par l’UNESCO dans son rapport final, indiquait clairement que les nouvelles étaient maintenant commercialisées, que les nouvelles importantes dans le pays étaient laissées de côté, mais qu’elles étaient sans importance alors que les nouvelles insignifiantes concernant les événements urbains et les activités de personnalités haut placées sont mis en évidence et régularisés par les médias audiovisuels des nations. Il ya de nombreuses années, l’affirmation de l’UNESCO énoncée ci-dessus est devenue la pratique cardinale de la scène médiatique nigériane, car les informations doivent être payées par ceux qui veulent être entendus. Onoja (2009) définit la commercialisation de l'information comme une situation dans laquelle les stations commencent à générer des revenus en facturant des redevances pour les informations qu'elles devraient normalement diffuser gratuitement. Ekwo (1996) définit la commercialisation de l'information comme «un phénomène par lequel un média électronique rapporte comme une information ou une analyse d'information un message commercial d'un sponsor non identifiable, donnant au public l'impression que l'information est juste, objective et socialement responsable. Omenugha et al. (2008) notent que la commercialisation des nouvelles fonctionne à deux niveaux au Nigéria; au niveau institutionnel, où des accusations sont officiellement portées pour les programmes d’information parrainés. Par exemple, Omenugha et. Al. (2008), Warri, du Delta Broadcasting Service, fait payer 20 000 N pour une émission religieuse, 36 000 N pour une couverture d'entreprise et 25 000 N pour un événement social, tandis que Radio Nigeria Enugu pour une actualité commerciale N47 000, des commentaires d'actualités et des actualités politiques. N52 000, commentaire de nouvelles spéciales N60 000 (Ogbuoshi, 2005). Cette commercialisation au niveau institutionnel est florissante car les rédacteurs en chef, les éditeurs et les propriétaires des stations de radiodiffusion considèrent les organisations et leur investissement comme une entreprise à but lucratif qui devrait générer le rendement financier requis. De plus en plus, les articles d’information à vocation commerciale remplacent les demandes d’information monétaire dures pour couvrir un événement. Idowu (1996) raconte une histoire qui conforte ce fait. La très révérende Abiodun Adetiloye, ancien évêque anglican du Nigéria, a été installée à l'aéroport international Murtala de Lagos. Les journalistes l'ont vu entassé lui demandant d'être interviewé sur des questions d'importance nationale. L'homme de Dieu a parlé longuement. Ses opinions étaient dignes d'intérêt, mais les journalistes ont estimé qu'ils avaient besoin de quelque chose de plus pour écrire les nouvelles. Ils ont demandé de l'argent pour le transport. le

l'homme de Dieu a décliné, entraînant une panne d'électricité

La commercialisation des informations a commencé dans les médias nigérians à la suite du programme d’ajustement structurel mis en place en 1986 et du retrait des subventions des médias appartenant au gouvernement (Ekwo 1996, Ogbuoshi 2005, Onoja 2009). Avec l’augmentation croissante des coûts de production et la diminution de la circulation, les entreprises de presse ont recours à toutes sortes d’astuces, dont la commercialisation de l’information pour gagner de l’argent. Cette situation est ce qui a conduit à beaucoup de compromis, avec le sensationnalisme des reportages et des demi-vérités atteignant des étapes alarmantes. Se prononçant en faveur de cette pratique, l’organisme de radiodiffusion du Nigéria (BON), organisme qui chapeaute les stations d’État, a déclaré qu’il avait besoin de recettes pour rester en affaires. Cependant, Nwokoh (1996) affirme que l'argument selon lequel la mise aux enchères d'informations améliorera leur base de revenus ne tient pas. Ils devraient regarder d'autres choses à vendre. La politique est un sujet sensible qui doit être vendu au plus offrant ». Tout comme l'organisation est soumise à des pressions économiques et tente par tous les moyens de ne pas couler, il en va de même pour les journalistes. En raison de la pauvreté et du maigre salaire, les journalistes étant de plus en plus sollicités, ils ont recours à toutes sortes de pratiques contraires à l'éthique. Cela va avec les noms suivants: enveloppe brune, cola africain, argent de transport, assistance, etc. Les partisans de la commercialisation de l'information soutiennent que la commercialisation de l'information contribue à générer des revenus pour les médias, les aidant à bien fonctionner; Cela contribue également à générer des revenus pour les journalistes individuels qui, autrement, pourraient s'effondrer sous le poids des dures réalités économiques. Cela présente un avantage psychologique pour ces journalistes. Ils développent un sentiment d'être apprécié par les autorités, qui sont même prêts à offrir un paiement. Il est utile d’imposer une forme d’imposition forcée aux riches, car ceux qui paient souvent pour le «service» sont les mieux placés dans la société. Il s'agit d'une forme de redistribution informelle des revenus des riches vers les pauvres. Cela aide à créer des relations de travail cordiales entre les médias et les utilisateurs des médias, en particulier la classe politique (Onyisi 1996). Toutes ces affirmations sont centrées sur les gains financiers et la pauvreté. Aussi authentiques et plausibles que ces raisons puissent paraître, elles sont inacceptables et dysfonctionnelles si elles ont une influence sérieuse sur la crédibilité de la nouvelle.

La télévision nigériane, également connue sous le nom de NTA, a été inaugurée en 1977 et est l’organisme gouvernemental chargé de la radiodiffusion télévisuelle dans le pays. La NTA exploite le plus grand réseau de télévision en Afrique avec des stations dans plusieurs régions du Nigéria. Anciennement connu sous le nom de télévision nigériane (NTV), le réseau a débuté par une prise de contrôle des chaînes de télévision régionales en 1976 par les autorités militaires nigérianes de l'époque, et est largement considéré comme la voix authentique du gouvernement nigérian.

1.2 DÉCLARATION DU PROBLÈME

Selon Idowu (2001), pour que l’information soit utile, elle doit être crédible, pour que l’on puisse lui faire confiance, elle doit répondre à des critères d’évaluation rigoureux, tels que: précision (en cas de doute laissé de côté), équilibre de l'histoire), l'équité (impartialité envers toutes les parties impliquées), l'angle humain (sens des personnes), la profondeur (bien recherchée / enquêtée), la présentation (raconter l'histoire à juste titre) et la récompense (être socialement pertinent pour le public). Il convient de noter que le rôle de gardien des médias audiovisuels est progressivement relégué au second plan, à la recherche de reportages susceptibles de générer des gains financiers pour l'organisation audiovisuelle et les journalistes. McManus (2009) indique que la rationalisation économique de l’information prédit un déclin temporaire de la fonction coûteuse mais vitale du chien de garde du journalisme. Les consommateurs de nouvelles ont un intérêt direct dans les nouvelles parce que c'est un moyen par lequel ils sont tenus informés des événements importants, des actions et des politiques du gouvernement, des questions sociales, etc. Par la commercialisation, certaines questions d’importance sociale sont laissées de côté (délibérément ou non) afin de tenir compte des messages d’information payés. Sur la base de ces éléments, le chercheur étudie l’influence de la commercialisation des informations sur la crédibilité de celles-ci dans les médias audiovisuels, en mettant l’accent sur la NTA.

1.3 OBJECTIFS DE L'ÉTUDE

L’objectif général de cette étude est d’analyser l’influence de la commercialisation de l’information sur la crédibilité de l’information dans les médias audiovisuels, les objectifs spécifiques étant les suivants:

  1. Examiner l'influence de la commercialisation de l'information sur la crédibilité de l'information dans les médias audiovisuels.
  2. Examiner les avantages et les inconvénients de la commercialisation des informations dans les médias audiovisuels.
  3. Identifier des stratégies permettant de lutter contre les pratiques contraires à l'éthique dans les médias audiovisuels face à la commercialisation des informations.

1.4 QUESTIONS DE RECHERCHE

  1. Quelle est l'influence de la commercialisation de l'information sur la crédibilité de l'information dans les médias audiovisuels?
  2. Quels sont les avantages et les inconvénients de la commercialisation des informations dans les médias audiovisuels?
  3. Quelles sont les stratégies qui limiteront les pratiques contraires à l'éthique dans les médias audiovisuels face à la commercialisation des informations?

1.6 SIGNIFICATION DE L’ÉTUDE

Voici l’importance de cette étude:

  1. Les résultats de cette étude sensibiliseront le grand public à l’influence de la commercialisation des informations sur la crédibilité de celles-ci dans les médias audiovisuels, en tenant compte de ses avantages et inconvénients. Il renseignera également sur les exigences éthiques et professionnelles attendues du journaliste et des médias audiovisuels en général.
  2. Cette recherche contribuera à l’ensemble de la littérature sur l’influence de la commercialisation de l’information sur la crédibilité de l’information dans les médias audiovisuels, constituant ainsi la littérature empirique pour des recherches futures dans le domaine considéré.

1.7 PORTÉE / LIMITES DE L’ÉTUDE

L'étude est limitée au personnel de NTA. Il couvrira également la relation entre la commercialisation de l'information et la crédibilité de l'information dans NTA.

Les autres limitations incluent:

Contrainte financière– L'insuffisance des fonds a tendance à nuire à l'efficacité du chercheur dans la recherche de matériel, de littérature ou d'informations pertinents et dans le processus de collecte de données (Internet, questionnaire et entretien).

Contrainte de temps– Le chercheur s’engagera simultanément dans cette étude avec d’autres travaux universitaires. Cela réduira par conséquent le temps consacré aux travaux de recherche.

1.8 DÉFINITION DES TERMES

Broadcast: émettre (un programme ou une information) par radio ou télévision

Commercialisation: utiliser (quelque chose) comme une opportunité de gagner de l'argent

Nouvelles: informations récentes ou remarquables, notamment sur des événements récents ou importants

Crédibilité: la qualité de la confiance et de la confiance

Médias de masse: sont les moyens utilisés pour communiquer avec le grand public.

Obtenez le projet complet

Laisser un commentaire